The Adventure begin...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Admin | Mei Lossëhelin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mei Lossëhelin

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Admin | Mei Lossëhelin   Dim 29 Oct - 3:04

Nom(s) : Lossëhelin

Prénom(s) : Mei

Surnom(s) : /

Nationalité : Chino-japonaise

Date de naissance : 15 juillet

Âge : 180 ans

Statut : Propriétaire du Cystennin

Pouvoir spécifiques : Mei est un élémentaire du vent. Grâce à ce pouvoir spécifique elle a la capacité de voler, ou plutôt de planer. Elle peut également contrôler le vent et sa force, faire naître de petites bourrasques. Il lui est même possible de déclencher des tempêtes mais cela lui demande alors beaucoup de concentration.

Race : Elfe

Histoire :


En tout temps, les peuples elfiques ont toujours vécu chacun de leur côté et bien qu’ils organisent de temps en temps de gigantesques réunions, chaque clan vivait sur son propre territoire. Les mariages entre les clans restaient donc une chose relativement rare. C’est pourquoi rien ne destinait Llyan noble fille d’un conseiller du roi, qui vivait dans une forêt reculée de la Chine à rencontrer Llandon soldat elfique japonais, un des derniers Haut-Elfe et encore moins dans une période aussi trouble et noire.

Le Haut Conseil avait réuni tout les peuples en vue d’organiser leur défenses contre les Balrog, créatures malfaisantes dont les forces ne cessaient d’augmenter et qu’il était temps de prendre en considération et même de craindre… C’est donc au milieu de cette guerre, entre le peuple de la terre enfin réuni pour une même cause et ces créatures immondes que la route de la douce perle d’Asie croisa celle du preux chevalier. Au milieu des cris, de l’horreur, du sang, comme un printemps qui éclot après un long hiver, naquit leur amour. Un amour passionnel, au delà même de ce que les mots peuvent signifier, au-delà même de toute logique, aussi immuable que le temps qui passe et qui donna naissance à Mei, petit ange aux yeux ambrés. Un trésor de douceur mais pas totalement ignorante de malice qui dés qu’elle fut en âge émerveilla ses deux parents autant par ses capacités magique que par son don pour faire des bêtises.

Déjà petite, elle montre un vif intérêt pour tout ce qui touche la nature et contrairement à certains autres de ses petits camarades qui passent leur temps à jouer dans les bois, elle se lie avec l’ancien du village, sage parmi les sages qui lui apprend quelques rudiments en matière de plantes. Avec plaisir, le vieil elfe se rend compte que la jeune elfe, malgré son âge, absorbe avec une facilité peu commune les informations qu’il lui livre et chose encore plus exceptionnelle pour quelqu’un de son âge, elle semble en mesure d’adapter ses connaissances et ainsi de retrouver les équivalents de certaines plantes. Raison pour laquelle il décide d’approfondir encore son apprentissage avec pour idée d’en faire son élève et peut-être même son successeur.

Mais d’autres plans attendent la jeune perle d’Asie, qui vient d’atteindre l’âge de l’adolescence. En effet, il semblerait qu’elle ait été remarquée pour sa grâce son élégance et son raffinement par le souverain elfique chinois et qu’il la destine à faire partie de la cour de son jeune fils. L’honneur pour la famille ainsi que pour la jeune femme est immense et ils ne peuvent refuser. La voilà donc qui fait ses bagages pour rejoindre le palais de cristal, véritable enchantement pour les yeux, forteresse protégée et gardée par des sorts puissants mis en place il y a des millénaires par leurs ancêtres immortels et qui le rend invisible aux yeux de tous autres créature que les elfes.

Elle apprends à la cour toute sorte de choses qui lui étaient alors inconnues, comme la réalisation de tapisseries, la danse et le chant. Toutes ces activités sont radicalement différentes de celles qu’elle pouvaient exercer au cœur de la forêt mais elles ne lui déplaisent pas pour autant. Elle apprend avec plaisir à évoluer dans ce monde de faste, où la vie s’égrène au rythme des banquets. Elle devient même l’une des favorites du prince avec qui au fil des années elle finit par développer une certaine amitié. Elle se révèle même être la personne vers qui il se tourne quand il a besoin d’un conseil. Nul doute que le jeune prince se trouve être sous son charme mais pourtant jamais il n’en dira rien, bien trop conscient des différences qui les séparent. La lâcheté… C’est sans doute ce trait de caractère qui fut à l’origine de sa chute et qui l’empêcha de se rebeller lors de la prise de pouvoir faite par son cousin à la mort de son père et causa son exil.

Mei quant à elle, demeure au château et le rythme de sa vie, ainsi que ses fonctions s’en trouve inchangées. Seulement, elle n’apprécie pas le nouveau roi, ses manières et sa façon de les traiter, elle ainsi que les autres courtisanes. Elle n’accepte pas d’être au service d’une personne qu’elle considère comme un traître. Elle décide donc de s’enfuir du palais lors d’une nuit douce, à l’aube de l’automne, alors que les feuilles commencent à se parer de milles feux et que l’air se rafraîchit comme poussée par la brise du vent.

Elle atterrit au Japon, patrie de son père. Il est hors de question pour elle de retourner dans la forêt qui la vue naître sous peine d’être ramenée sur le champ au palais et d’y être exécutée pour traîtrise. Elle erre alors pendant un temps dans la forêt japonaise, avec pour seule envie celle de renouer avec la nature, loin de toute civilisation, loin de tout. Elle y rencontre d’autres peuples Elfes, qui bien que proche du sien, lui font découvrir une approche différente du monde et de la magie elfique. Aussi étrange que cela puisse paraître, les elfes bien qu’ayant une même origine, sont étrangers aux autres tribus de la même race qui peuplent la terre. Ils vénèrent toujours les mêmes dieux, mais ceux-ci portent des noms différents et alors que les occidentaux ont pour majorité les yeux bleus et les cheveux dorés, les orientaux ont les cheveux aussi noirs que l’ébène.

Pour Mei c’est une époque riche d’enseignement, qui lui permet, en plus de découvrir de nouvelles coutumes, d’approfondir sa connaissance des plantes qui se trouve déjà vaste. Il lui arrive de s’arrêter dans certains endroits plus longtemps que dans d’autres mais jamais ne lui vient l’envie de se fixer et de rester auprès d’une de ces tribus. Sa soif de connaissance, et son périple s’arrête alors qu’elle découvre la capitale japonaise. Elle vient tout juste de fêter ses 150 ans…

L’agitation qui règne dans l’endroit, les odeurs, les couleurs, l’attire tout de suite et elle décide d’enfin poser ses bagages pour profiter de l’endroit. Seulement, ce sont les hommes qui gouvernent la ville et il lui faut donc s’adapter à leur mode de vie et trouver un emploi pour survivre. Peu d’options s’offrent alors à elle et la seule possibilité qui correspond un temps soit peu à ses capacités est celle de devenir Geisha. Grâce à ce qu’elle a appris lors de son séjour au palais chinois, elle trouve tout de suite une okiya prête à l’accueillir.

Ses origines elfiques, ainsi que son pouvoir élémentaire de l’air lui sont alors d’une grande utilité car Mei se distingue tout de suite par sa grâce et son élégance et devient la meilleure danseuse de l’okiya. Partout dans la capitale on se bat pour avoir l’honneur de la voir danser lors d’une représentation ou pour la savoir présente lors d’un banquet. Elle a l’art de captiver son auditoire et de rendre chacun de ses gestes d’une pureté sans égale, émouvant les spectateurs de ses petites mimiques. L’on a dit une fois d’elle qu’elle semblait même flotter sur la piste de danse…

C’est pour elle une période de grande félicité, période pendant laquelle elle semble exercer une activité en accord avec sa nature profonde. Pourtant il lui manque quelque chose, un petit rien qu’elle ne serait définir mais qui pourtant ne la quitte pas, la taraudant minute après minute. C’est en recevant des nouvelles de ce vieil elfe pour qui elle avait tant d’affection qu’elle met enfin le doigt sur son problème. Il s’est installé dans les Bermudes, au cœur d’une petite île du nom de Meneldhôr, où il enseigne l’art de cultiver les plantes magiques aux élèves d’une université de magie.

Lors de sa visite, il lui explique en détail les réelles motivations qu’on eu les fondateurs de l’endroit. Elle reste émerveillée de voir que malgré leurs différences, les gens qui habitent cette petite communauté arrivent à s’entendre et puissent porter un tel projet ensemble. Il lui fait alors une offre qu’elle ne peut refuser, celle de poursuivre sa formation avortée. Elle accepte et pour une fois ne prend même pas le temps de la réflexion. Les années passent encore une fois à une allure folle , comme toujours lorsqu’on est heureux et c’est brusquement, sans qu’elle s’y soit préparée que le vieil elfe, Baldwin, s’éteint.

Bien que ravagée par le chagrin, elle décide de rester pour faire ce pourquoi il l’avait fait venir là, venir en aide aux sorciers. C'est pourquoi elle ouvre une boutique vendant toutes sortes de plantes et de préparations dans le village de meneldhôr avec la ferme intention d'imprégner de son savoir les quelques cervelles encore intactes de l'université.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mei Lossëhelin

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: Admin | Mei Lossëhelin   Dim 29 Oct - 3:05

Caractère :

Mei est une jeune elfe très intelligente qui possède une grande connaissance des plantes magiques, qu’elle a longuement étudiées et des animaux avec lesquels elle a développer un lien spécial, proche à l’empathie et qui est propre aux êtres de sa race. Elle n’utilise d’ailleurs aucune rêne, cravache, ni d’objet approchant lorsqu’elle monte à cheval car elle trouve ce genre d’outils grotesques, inutiles et barbares. Compréhensive, elle se montre toujours disponible pour ses amis ainsi que pour ses élèves, ne se montrant pas avare de bons conseils pour chaque. Il lui est impensable de laisser quelqu’un dans le besoin, en particulier si elle a de l’affection pour cette personne. Généreuse, elle est toujours prête à donner, même à son détriment, ce qu’elle est en mesure d’apporter. En tout temps elle s’est montrée comme quelqu’un qui est à l’écoute des malheurs des autres et qui tente de trouver des solutions. D’un naturel calme et posé, il est plutôt rare de la voir exprimé librement ses sentiments et émotions. Elle se drape toujours sans une apparente tranquillité et un certain détachement. Son attitude peut faire penser que c’est une personne froide et insensible à ce qui l’entoure mais il suffit de sonder son regard ambré pour se rendre compte que ce n’est pas le cas. Elle n’a jamais éprouvé ni haine, ni amour, sentiments qui l’effrayent par leur intensité et desquels elle aurait l’impression d’étouffer. Pour elle se laisser aller à ses émotions et une signe de faiblesse dont elle ne s’est jamais montrée la proie et ce malgré les années traversées. Elle a d’ailleurs un grand besoin de liberté, ne supportant pas de se sentir attachée aux autres. Elle supporte aussi très mal d’être enfermée entre 4 murs. Elle a un besoin constant d’être en contact avec la nature. Au fil du temps, et au fil des preuves qu’elle a traversés, elle a appris à s’endurcir et à adopter un point de vue objectif face aux événements. Elle ne doute pas que les humains dans leur décadence créeront la perte de la terre, elle espère néanmoins pouvoir œuvrer pour les en empêcher. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a rejoint le corps enseignant de Zohariel. Elle déteste se plier aux règles qu’elle estiment déplacées. Elle n’en suit aucune si ce n’est celle de la nature. Il n’est donc pas rare qu’elle propose à ses étudiants d’étudier certaines plantes dont la connaissance devrait leur être interdite à ce niveau d’étude car elle estime que la connaissance est synonyme de liberté. Ayant tout de même du respect pour l’actuel directeur de l’école, elle s’efforce de combattre ses transports et de rester le plus possible dans les limites qui lui sont imposées. Aimable, elle peut néanmoins se montrer très froide et sécha quand la situation l’exige. Passée maître depuis longtemps dans l’art du combat, elle n’hésite pas à se défendre si cela est nécessaire bien qu’elle préfère le dialogue à la violence gratuite. Elle n’ouvrira jamais la première le feu mais si elle se sent menacée elle fera preuve d’une cruauté sans nom et exterminera la personne qui lui en veut, trait de caractère qu’elle a hérité en siégeant aux côtés des pus grands. C’est quelqu’un de juste et de droit, adepte de la franchise. Le mensonge lui est totalement inconnu.
C’est une personne qui aux premiers abords paraît froide et distante avec une attitude que l’on peut même qualifier d’hautaine. Mais il suffit de la connaître un peu mieux pour qu’elle se révèle comme une personne douce et aimable dont la compagnie est appréciée.

Apparence :

Voilà bien des siècles que les elfes ont perdus leurs délicates oreilles en pointe et leur peau bleuté qui prenait des reflets nacrés sous les rayons de la lune, mais Mei n’en a pas pour autant perdu cette incroyable beauté qui a toujours fait la renommée de sa race. Légèrement plus petite et menue qu’un humain normal, elle a un corps fin et élancé, légèrement musclé qu’elle doit aux nombreuses heures passées à chevaucher sa monture ou à s’entraîner au combat. Bien qu’elle ait 180 ans, elle possède le physique d’une jeune femme d’une trentaine d’années, comme si le temps n’avait pas de réelle prise sur elle. Elle a de longs cheveux noirs qui s’arrêtent au creux de ses reins, parfaitement lisses et d’une douceur irréelle qui capturent les rayons du soleil et l’entoure d’un halo mystérieux. Il lui arrive parfois de les tressés en de petites nattes lâches qu’elle attachent à l’aide de fils de lin ou de cuir. Elle a un visage de poupée aux traits finement ciselés qui font penser à une statue antique et un teint de porcelaine. Ses yeux en amande, de couleur chocolat parsemés de petites touches dorées sont le véritable reflet de son âme et de ses émotions. Captivant, son regard reflète toute la sagesse acquisse au cours de sa vie. Ses lèvres, pulpeuses et d’un joli rouge carmin contrastent étonnamment avec la pâleur de sa peau. De son visage se dégage à la fois une impression de force et de douceur qui impose un certain respect. Elle se déplace avec une grâce et une félinité propre à sa race, chacun de ses gestes étant emprunt d’un certain mysticisme et faisant presque penser à une danse traditionnelle chinoise. Agile, elle excelle dans la pratique du tir à l’arc et de l’épée. Elle les pratique d’ailleurs depuis quelle a 50 ans mais ne se bat réellement qu’en de rares occasions. Sa voix est telle une légère brise d’été caressante mais elle peut également se montrer tranchante et froide quand l’occasion s’y prête.
D’un point de vue vestimentaire, elle adopte rarement la mode occidentale actuelle, préférant de loin les habits de moire qui depuis toujours sont usités par son peuple. Elle porte don généralement de grandes robes qui par certains côtés pourraient faire penser aux toges de la Grèce Antique et dont les teintes oscillent entre l’ocre et le vert émeraude. Sa matière préférée restant le moire, un tissu dont les elfes seuls connaissent le secret de sa fabrication et qui leur permet de se fondre au cœur de la nature. Il n’est cependant pas rare de la voir porter des tenues aux teintes plus vives lors de grandes occasions, joliment brodées de fil d’or, héritage de ses racines asiatiques. Elle porte souvent de nombreux bijoux, finement ciselés et ornés de pierres précieuses. Ces bijoux sont en argent, appelé plus communément métal de la lune pour le peuple elfique car il revêt à leur yeux une certaine importance mystique. Il aurait réussi selon eux à capturer l’esprit et la magie de l’astre. Bien qu’il soit très répandu, il représente un objet de grande valeur pour eux.
Elle ne quitte jamais sa dague ORCOMHIELA, ce qui signifie « pourfendeuse de gobelins » qu’elle attache à son ceinturon à l’aide d’une lanière de cuir tressée.
Elle est entourée d’une certaine aura mystique, quasi irréelle qui impose le respect et rend sa présence imposante. Elle frappe par sa grande beauté et l’impression de sagesse dégagée par ses traits.

Ce qu'elle aime : Mei aime beaucoup la musique. Elle sait d’ailleurs jouer de la harpe et elle chante divinement bien. Sa voix est quasiment envoûtante et ses chants peuvent presque plongés certaines personnes dans une franche méditation. Elle adore également danser, art qu’elle pratique depuis plus d’un siècle déjà. Une des choses qu’elle apprécie le plus est sans doute de monter son étalon et de se laisser aller à l’enivrante sensation de liberté qu’elle éprouve lorsqu’il s’élance au galop.

Ce qu'elle déteste :
Mei est quelqu’un de profondément pacifique. Elle déteste toute forme de violence et en particulier la violence verbale qu’elle estime plus difficile à guérir que la violence physique. Elle supporte également très mal toute forme de discrimination.

Signe(s) particulier(s) : Comme tout elfe, Mei possède la particularité de pouvoir communier avec la nature. Elle a également une façon très féline et aérienne de se déplacer et une ouïe et un odorat plus développé que celui d’un humain normal.

Animal de compagnie : Un phénix. Mais elle ne le considère pas vraiment comme un animal domestique et le laisse en totale liberté. Il se nomme Asghar.

Avatar : Zhang Ziyi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Admin | Mei Lossëhelin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Admin] Améliorations ForumActif
» [vidéovocale] Comment devenir admin ?
» Cherche 1 Admin et 1 Modo pour new forum
» Hentaï
» épées, rondache, paire d'épées et parades?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zohariel :: Intendance :: Registre :: Pages Validées-
Sauter vers: